Espace communication

Communiqué de presse du 13 janvier 2020

logo CN URPS web

La Conférence Nationale des URPS de Médecins Libéraux s’élève fortement contre la déviance des protocoles de coopération, article 51, loi HPST, proposés ces derniers mois.

Dans le guide de la Haute Autorité de Santé (HAS), intitulé « Coopération entre professionnels de santé – Mode d’emploi » et publié en avril 2012, l’article 51 de la loi HPST du 21 juillet 2009 donne la possibilité aux professionnels de santé de « s’engager, à leur initiative, dans une démarche de coopération ayant pour objet (…) de réorganiser leurs modes d’intervention auprès du patient » et permet à cette fin la « mise en place à titre dérogatoire de transfert actes ou d’activités de soins ».

Les protocoles dérogatoires acceptés par la HAS, et publiés sur son site, concernent donc jusqu’à présent : des transferts de gestes purement techniques dans des pathologies identifiées (comme « l’ablation de matériel, ponction) ; des transferts de soins (comme les vaccinations, plaies…) ; la confirmation du diagnostic suspecté par le médecin (comme dans la fragilité du sujet âgé) ; ou le suivi de pathologies connues (comme le diabète…).

Dans tous les protocoles déjà acceptés par l’HAS, le diagnostic est connu ou bien suspecté par le médecin avant la délégation, et la coopération avec d’autres professionnels de santé intervient à la demande du médecin.

Le guide n’a ainsi pas prévu de déléguer le diagnostic à un autre professionnel de santé non-médecin quand le patient contacte directement le professionnel non-médecin – car la difficulté du diagnostic est d’éliminer l’ensemble des diagnostics différentiels pour lesquels les professionnels non-médecins n’ont pas été formés.

Donner le diagnostic a un professionnel non-formé l’expose à prendre des responsabilités qui présentent des risques médico-légaux d’une part, et sans couverture assurantielle en cas de complications d’autre part, car ne faisant pas partie des autorisations d’activité règlementaires.

Or, dans les protocoles suivants :

  • Prise en charge de la douleur lombaire aiguë par le kinésithérapeute;
  • Prise en charge du traumatisme en torsion de la cheville par le kinésithérapeute;
  • Prise en charge de l’éruption prurigineuse chez l’enfant de 12 mois 12 ans par l’infirmier diplômé d’État ou le pharmacien d’officine;
  • Prise en charge de la pollakiurie/brûlures mictionnelles par l’infirmier diplômé d’état où le pharmacien d’officine;
  • Prise en charge de l’odynophagie par l’infirmier diplômé d’État ou le pharmacien d’officine;

il s’agit de transférer le diagnostic à un professionnel non-médecin qui n’a pas acquis la compétence pour réaliser des diagnostics différentiels.

La CN URPS-ML dénonce ces protocoles ne correspondant pas à ceux de l’article 51 de la loi HPST et possiblement lourds de conséquences – le médecin ne pouvant, en aucun cas, être responsable d’une consultation demandée à un professionnel « non-médecin ».

Contacts :

Dr Philippe ARRAMON-TUCOO, Président de la CN URPS-ML - Tél. : 06.12.15.89.03.

Dr Marie-Josée RENAUDIE, Coordinatrice de la Commission Coopérations interprofessionnelles et Délégations de tâches - Tél. : 06.22.76.39.67.

 

Voir les avis de la CN URPS-ML sur les protocoles de coopération concernés

pdfTelecharger le communiqué en PDF

Communiqué de presse du 7 avril 2018

logo CN URPS web

A l’occasion de son Assemblée générale statutaire, le 7 Avril 2018, la Conférence Nationale des URPS de Médecins Libéraux a procédé, comme le veulent ses statuts, au renouvellement de son Bureau.

Le Bureau est composé comme suit :

  • Président : Dr Philippe BOUTIN (CSMF – Vice-président de l’URPS-ML Nouvelle Aquitaine)
  • Vice-présidents : Dr Guilaine KIEFFER-DESGRIPPES (SML – Présidente de l’URPS-ML Grand-Est)
  • Dr Pierre-Jean TERNAMIAN (FMF – Président de l’URPS-ML Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Dr Eric BLONDET (Le Bloc – Président de l’URPS-ML Bourgogne/Franche-Comté)
  • Trésorier : Dr Jean-Louis BENSOUSSAN (MGF – Vice-président de l’URPS-ML Occitanie)
  • Trésorier adjoint : Dr Philippe CHAZELLE (CSMF – Président de l’URPS-ML Hauts-de-France)
  • Secrétaire générale : Dr Corinne LE SAUDER (FMF – Secrétaire générale de l’URPS-ML Centre-Val-de-Loire)
  • Secrétaire général adjoint : Dr Frédéric PRUDHOMME (SML – Vice-président de l’URPS-ML Ile-de-France)
  • Observateur permanent pour 2018 au titre des URPS-ML ultra-marines : Dr Elie CHOW-CHINE (CSMF – Président de l’URPS-ML Guyane)

La Conférence Nationale des URPS-ML fédère, à ce jour, les 17 URPS de Médecins Libéraux françaises.

Contact presse : Dr. Philippe BOUTIN – tél. 06 07 09 63 71

Communiqué de presse du 12 septembre 2017

logo CN URPS web

L’ouragan IRMA qui a ravagé les Antilles donne l’occasion aux médecins libéraux de rappeler qu’ils sont prêts à s'intégrer aux secours aux populations lors de crises sanitaires majeures.

La CN URPS-ML souligne que les médecins libéraux assurent une offre de soins de proximité de premier comme de second recours.

Si de telles situations de crise sanitaire, qu’elles soient climatiques, technologiques ou terroristes, justifient une organisation et une coordination exceptionnelles, il n’est pas compréhensible que les médecins libéraux ne soient pas associés aux secours ou, en amont, à l’organisation de ces derniers.

Alors que le pays connaît une crise démographique des professionnels de santé, les médecins libéraux assurent la moitié des prises en charge chirurgicales ; il n’est pas compréhensible que ces ressources disponibles ne soient pas mobilisées dans de telles situations sanitaires exceptionnelles.

La CN URPS-ML demande qu’une réflexion puisse être menée sur la place des médecins libéraux dans les situations sanitaires exceptionnelles alors que certaines URPS-ML, conformément à leurs missions, sont déjà engagées dans des actions de formation et la mise en place de procédures à même de structurer les ressources libérales disponibles au profit des cellules de crise et centres de régulation.

Contact presse :
Dr Philippe BOUTIN,
Président de la CN URPS-ML

 

Communiqué de presse du 2 septembre 2017

logo CN URPS web

La Conférence Nationale des URPS-Médecins Libéraux (CN URPS-ML), réunie en Assemblée Générale le 2 Septembre 2017, fait savoir qu’elle :

  • suit avec attention le dossier IRM sur la ville de Bergerac,
  • prône les coopérations privées-publiques équilibrées et librement négociées entre les différents partenaires concernés, dans la droite ligne des recommandations de la ministre de la Santé, Mme Agnès BUZYN,
  • regrette l’absence d’un tel accord négocié à Bergerac,
  • s’inquiète des risques de délitement de l’offre d’imagerie et de désertification médicale sur le Bergeracois,
  • soutient les demandes et les propositions de coopération des radiologues libéraux de la clinique Pasteur de Bergerac – à savoir :
    • maintien de l’IRM actuellement installée sur le site de la clinique Pasteur, avec organisation d’une permanence des soins en IRM et en SCANNER sur ce site,
    • accord de principe pour participer à la télé-radiologie partagée entre les deux sites pour les deux équipements d’IRM, celui du centre hospitalier Samuel Pozzi et celui de la Clinique Pasteur,
    • engagement, si nécessaire et selon possibilités, à assurer des vacations de jour pour le fonctionnement de l’équipement d’IRM en voie d’installation sur le site du centre hospitalier Samuel Pozzi de Bergerac,
  • espère qu’une solution sera trouvée permettant une coopération gagnant-gagnant entre les radiologues libéraux et l’hôpital de Bergerac, dans le respect de la démocratie sanitaire dont témoignent la mobilisation de la population du Bergeracois (23 000 signataires en faveur du maintien d’un I.R.M. sur le site de la clinique) et le vote favorable de la CSOS du 7 Avril 2017.

 

Communiqué de presse du 7 décembre 2017

logo CN URPS web

La Conférence Nationale des URPS-Médecins Libéraux (CN URPS-ML) fait savoir que, suite aux remontées locales de ses URPS-ML adhérentes, elle suit avec attention le dossier des consultations avancées, et en particulier celles réalisées par le CH de Roubaix sur la commune de Wasquehal.

La CN URPS-ML rappelle que l’offre de soins ne doit pas être pensée à l’échelle d’une commune, mais de manière globale sur un territoire afin d’améliorer l’accès aux soins de la population.

Quand l’offre de soins doit évoluer sur un territoire où elle ne semble pas satisfaisante, la CN URPS-ML souligne :

  • qu’il est indispensable d’associer à la réflexion tous les acteurs présents sur ce territoire, et de favoriser l’articulation entre eux ;
  • qu’il est possible de répondre aux besoins spécifiques de ce territoire en développant des projets innovants, comme le font les libéraux avec les cabinets secondaires et la télémédecine – entre autres.

L’organisation de consultations déportées hospitalière préconisée par la Stratégie Nationale de Santé proposée par Agnès BUZYN ne peut être pertinente et efficiente que dans les zones sous-dotées, quand il s’agit de répondre à une réelle problématique d’offre de soins.

La CN URPS-ML met en garde sur le fait que le développement de telles pratiques et le déploiement de tels dispositifs dans des zones où l’offre de soins est déjà suffisante ne pourra que dissuader les libéraux de s’installer dans les années à venir, alors mêmes qu’ils sont les seuls à pouvoir assurer la couverture complète et le maillage fin du territoire national.

 

Communiqué de presse du 21 décembre 2017

logo CN URPS web

La Conférence Nationale des URPS-Médecins Libéraux, réunie en Assemblée Générale le 16 Décembre, demande que soit strictement appliquée la loi du 26 Janvier 2016 de « modernisation du système de santé » qui a décidé la création d’un Numéro National de Permanence de Soins.

Le décret du 22 Juillet 2016 a retenu le 116 117 – numéro attendu depuis de nombreuses années par la communauté des médecins libéraux car il est essentiel à plusieurs titres :

  • il permet le désengorgement du numéro 15 qui peut, dès lors, être exclusivement consacré au traitement des détresses vitales, ce qui constitue une amélioration du service rendu à la population ;
  • il reconnait aux médecins libéraux leur rôle fondamental dans la prise en charge de la Permanence des Soins Ambulatoire ;
  • il est un support essentiel pour l’éducation de la population au bon usage des dispositifs de prise en charge des urgences et des soins non programmés. Il contribue ainsi à réduire fortement le recours aux services d’urgences aujourd’hui saturés – thème cher à notre ministre de la Ssanté.

La CN URPS-ML souligne que les Pouvoirs publics doivent mener, en collaboration avec les médecins, une vaste campagne de communication pédagogique à destination du grand public pour inciter les patients à composer prioritairement le 116 117 avant de se rendre aux urgences.

La CN URPS-ML rappelle que les Pouvoirs publics, s’appuyant sur une expérimentation conduite dans 3 régions, se sont engagés à assurer le déploiement de ce numéro début 2018 et fait savoir qu’elle n’acceptera pas que cette mise en œuvre soit remise en question au bénéfice d’un numéro unique qui regrouperait tous les appels d’urgence (police, pompiers, SAMU, centres anti-poison, 115, etc.).

 

logo CN URPS web

La Conférence Nationale des URPS Médecins Libéraux a tenu son Assemblée Générale le samedi 2 avril dans sa nouvelle composition qui découle de la nouvelle organisation régionale. Elle a procédé à l'élection de son Bureau et Philippe BOUTIN a été élu Président.

Le choix s'est porté sur un Bureau ouvert dans lequel la représentation de l’ensemble des syndicats est désormais équilibrée.

La CN URPS-ML aura comme objectif essentiel de contribuer à la défense de la médecine libérale dans le contexte de la nouvelle Loi de Santé.

La Conférence demeure également un lieu d’échange sur les pratiques professionnelles, de partage d’informations, de mutualisation des expériences. Elle inscrit ses actions dans le respect de l’indépendance de chacune des 17 URPS Médecins Libéraux.

La composition du Bureau :

  • Président : Dr Philippe BOUTIN (CSMF – URPS-ML Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes – Vice-président)
  • Vice-présidents :
    • Dr Guilaine KIEFFER-DESGRIPPES (SML – URPS-ML Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine – Présidente)
    • Dr Pierre-Jean TERNAMIAN (FMF – URPS-ML Auvergne-Rhône-Alpes – Président)
    • Dr Eric BLONDET (Le Bloc – URPS-ML Bourgogne-Franche-Comté – Président)
  • Trésorier : Dr Jean-Louis BENSOUSSAN (MGF – Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées – Vice-président)
  • Trésorier adjoint : Dr Philippe CHAZELLE (CSMF – Hauts de France – Président)
  • Secrétaire : Dr Corinne LE SAUDER (FMF – Centre-Val-de-Loire – Secrétaire générale)
  • Secrétaire adjoint : Dr Frédéric PRUDHOMME (SML – Ile-de-France – Vice-président)
  • Invité permanent : Dr Anne CRIQUET-HAYOT (FMF – Martinique – Présidente)

Paris, le 2 avril 2016

 

logo CN URPS web

Le suivi des femmes enceintes et des bébés dont la mère a contracté le ZIKA pendant la grossesse nécessite une vigilance et une surveillance particulière des médecins libéraux.

La CN URPS-ML demande que l'expertise des libéraux soit reconnue et valorisée, au niveau pratique comme au niveau scientifique.

La CN URPS-ML demande que des moyens supplémentaires soient fléchés immédiatement vers la médecine libérale, pour la formation, la prise en charge et le suivi spécifique de cette arbovirose, qui impacte la population des DOM.

 Paris, le 21 novembre 2016

 

logo CN URPS web

La CN URPS-ML s’élève fermement contre la volonté de certaines ARS de vouloir conduire à marche forcée des projets de Plateformes Territoriales d’Appui (PTA) – ce qui se traduit, dans certaines régions, par une mise à l’écart des professionnels de santé libéraux autour de projets structurants de Communautés Professionnelles Territoriales de santé (CPTS) au profit d’acteurs hospitaliers, telle la HAD dont ce n’est pas la mission initiale.

La CN URPS-ML tient à rappeler que seule la médecine libérale et les professionnels de santé libéraux disposent de la légitimité, de la souplesse d’action et de la connaissance du terrain indispensables pour assurer un maillage territorial efficace de l’offre de soins ambulatoire.

La CN URPS-ML réaffirme que les professionnels de santé libéraux ont la volonté de s’impliquer pleinement dans la réorganisation territoriale et doivent être considérés comme des acteurs prééminents à l’initiative du dispositif des PTA, et des interlocuteurs privilégiés pour les autorités de tutelle.

La CN URPS-ML exige que le décret stipulant que la priorité est donnée aux initiatives libérales soit respecté, et que les URPS-ML disposent du pouvoir décisionnaire qui leur revient de droit dans la gouvernance des futures PTA.

 Paris, le 26 septembre 2016

 

logo CN URPS web

Les médecins libéraux refusent des coordinations excluant les compétences médicales

L’article 40 du PLFSS consacre une perte de chance pour les jeunes de 11 à 21 ans dans le repérage et la prise en charge de la souffrance psychique. C’est dans cette tranche d’âge que les premières manifestations des pathologies mentales les plus graves peuvent apparaître. Le diagnostic, le dépistage et la prévention exigent le concours de l’expertise et de la compétence du psychiatre.
Ce décret exclut le psychiatre des modes d’organisation envisagés dans cette démarche expérimentale alors que des expérimentations se multiplient sur le territoire à l’initiative des psychiatres, notamment libéraux. Elles visent à améliorer l’accès aux soins en proposant des espaces de coopération professionnels précisant les places de chacun et permettant de poser un diagnostic et des indications de psychothérapies selon les règles de l’art.
Les médecins libéraux dénoncent de telles propositions qui démédicalisent des parcours de soins, en excluant les psychiatres d’expérimentations sensées améliorer la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes.
La Conférence Nationale des Unions Régionales des Professionnels de Santé -Médecins Libéraux réaffirme avec force que la médecine libérale doit avoir toute sa place dans la prise en charge des problèmes de santé de notre population, encore plus quand il s'agit des plus vulnérables.

 Paris, le 28 novembre 2016

 

A l’issue d’une nouvelle réunion de travail que ses représentants ont eu, le jeudi 19 mars 2015, au ministère de la Santé, la Conférence Nationale des URPS-ML dénonce l'inertie de l’administration et l’absence de décision politique concernant l’organisation des prochaines élections professionnelles dans les URPS.logo CN URPS web Depuis plusieurs mois, et dès l’annonce de la réforme territoriale prévoyant la refonte de la carte des régions, la Conférence Nationale des URPS-ML, qui fédère les URPS de Médecins libéraux, n’a eu de cesse d’alerter le ministère de la Santé sur ce sujet pour anticiper ses conséquences sur les élections.

Malgré cela, et en dépit de l’annonce par la ministre de la Santé de la tenue des élections professionnelles à l’automne 2015, aucune directive ni aucun texte officiel n’ont été produits.
Cette situation, totalement inédite, interroge sur le plan démocratique.Pour la première fois, à quelque six mois d’élections au calendrier complexe, ni les modalités organisationnelles, ni la date à laquelle elles auront lieu, ne sont, en réalité, stabilisées. Nul ne sait si les ARS organiseront, ou pas, le scrutin, et, pour les nouvelles régions, quel sera le statut transitoire des anciennes unions des régions jusqu’à l’installation des nouvelles unions, probablement en janvier 2016.A trop retarder les décisions techniques et politiques, il deviendra bientôt matériellement impossible d’organiser de telles élections en octobre.

 Communiqué du 25 mars 2015

 

La Conférence Nationale des URPS-ML, qui fédère les URPS de médecins libéraux, avait dénoncé, à plusieurs reprises déjà, les retards de reversement par l’ACOSS des cotisations obligatoires versées par les médecins libéraux pour le fonctionnement des URPS-ML.

Si la situation s’est en grande partie débloquée, pour autant, les URPS-ML constatent de façon quasi-uniforme qu’il y a une inadéquation entre le nombre de médecins libéraux en activité et la transposition concrète en cotisations versées. /p>

Ce différentiel lissé est de 3,57% des dotations. logo-CN-URPS-web

La CN URPS-ML s’élève contre cette situation et dénonce le manque de transparence de l’ACOSS dans la gestion des cotisations des médecins libéraux.

En effet, en dépit des sollicitations des URPS-ML, cet organisme dont la mission consiste à collecter les cotisations des médecins libéraux puis à les reverser sous la forme de dotations annuelles aux URPS-ML, n’apporte aucune réponse. Certaines URPS-ML commencent d’ailleurs, et c’est légitime, à se demander si l’ACOSS n’a pas décidé unilatéralement d’amputer leur dotation.

S’agissant de l’argent de la profession, la CN URPS-ML ne peut accepter de voir l’ACOSS en disposer comme bon lui semble et ne pas mettre en place de procédure qualité pour le recouvrement de ces cotisations, en particulier avec le RSI, dont elle a mission pour le compte de tiers.

La CN URPS-ML exige que l’ACOSS reverse sans délai les sommes dues, dont les URPS-ML ont besoin pour mener à bien les actions qu’elles ont engagées.

Par ailleurs, la CN URPS-ML demande à l’ACOSS de mettre en place une convention de gestion tripartite ACOSS/URSSAF/URPS-ML afin d’éviter à l’avenir tout écueil, prévoyant notamment les dates d’appels des contributions, le montant versé par chaque médecin, les dates d’encaissement, la gestion des contentieux et les procédures de collecte vers l’ACOSS avec les modalités d’échange de fichiers.

La CN URPS-ML estime que les URPS-ML seraient en droit réclamer à l’ACOSS des intérêts et pénalités pour ce retard de versement du solde de leurs dotations.

 Paris, le 5 mai 2014

 

Dans une circulaire concernant le renouvellement des Conférences Régionales de Santé et de l’Autonomie (CRSA), le Secrétariat Général des Ministères chargés des Affaires Sociales, donne consigne aux Agences Régionales de Santé (ARS) de subordonner la désignation des représentants des URPS à la création des Fédérations d’URPS. Aussi longtemps qu’il n’y aura pas de Fédération, précise la circulaire, il n’y aura pas de représentants des URPS dans les CRSA. logo-CN-URPS-web

La Conférence Nationale des URPS-ML, qui fédère les URPS de Médecins libéraux, réunie en assemblée générale le 12 avril, rappelle son opposition à la constitution des Fédérations d’URPS. Les Fédérations n’ont aucune légitimité démocratique, pour représenter les professionnels de santé, décider ou contractualiser en leur nom.

Dans l’immédiat, la CN URPS-ML exige que le renouvellement des représentants des URPS dans les CRSA se fasse dans chaque région sur la base d’une liste proposée par les 10 URPS.

Pour autant, la place faite actuellement aux professionnels libéraux de santé dans les CRSA (6 sièges sur 100), n’est pas représentative de la démocratie sanitaire.

La CN URPS-ML considère que cette situation doit évoluer pour permettre à chacune des 10 professions ayant une URPS, de disposer d’un nombre de représentants proportionnel à son effectif.

C’est pourquoi, la CN URPS-ML exige la recomposition de la représentation des professionnels libéraux de santé dans les CRSA.

Paris, le 14 avril 2014

 

La Conférence nationale des URPS de médecins libéraux constate, qu’une fois encore, l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité sociale (Acoss) a rétentionné une partie des dotations qu’elle doit reverser aux URPS.logo-CN-URPS-web

Pour les URPS, cette situation est d’autant plus intolérable que ces dotations proviennent de otisations collectées auprès des médecins libéraux directement par l’Acoss, et que leurs budgets prévisionnels sont établis sur la base de ces dotations.

Aujourd’hui, les URPS, à qui il manque en moyenne 20% de leur dotation, n’ont pas les moyens de mener à leur terme les projets qu’elles ont engagés pour assumer les missions qui leur ont été dévolues au service de la profession, et rencontrent des difficultés pour faire face à leurs frais de fonctionnement, notamment leurs charges de personnel.

Les URPS ne sauraient se contenter des explications de l’Acoss, qui prétexte une erreur dans l’appel des cotisations des médecins relevant du RSI, alors qu’elle le fait de façon récurrente tous les ans depuis la création des URML. Si cette erreur devait être confirmée, la CN-URPS ML considère que les URPS n’ont pas à en subir les conséquences et qu’il revient à l’Acoss de trouver les solutions financières pour que les URPS reçoivent, en temps et en heure, la totalité de leur dotation, quitte à ce que l’Acoss en fasse l’avance.

C’est pourquoi, la CN-URPS ML se fait le porte-parole des 26 URPS de médecins libéraux pour exiger le versement immédiat par l’Acoss du solde des dotations dues. Faute de quoi, les Unions se réservent la possibilité d’engager une action contre l’Acoss pour défaut de paiement et pour lui imputer la charge de tous les frais financiers supplémentaires que cette situation est susceptible de générer pour celles d’entre elles qui seront contraintes de recourir aux emprunts pour boucler leur trésorerie.

Paris, le 8 novembre 2013

 

 

logo-CN-URPS-web

Lors de l'assemblée générale du 7 janvier 2012, la Conférence Nationale des URPS de médecins libéraux a élargi son Bureau à trois nouveaux représentants. Cette association, ouverte à toutes les URPS-ML, manifeste ainsi sa volonté d'intégrer la pluralité syndicale et les diversités régionales au sein de ses organes dirigeants.

Les Docteurs Jean-Louis BENSOUSSAN (MGF) et Christian DEVOLFE (Le Bloc), respectivement présidents des URPS-ML de Midi-Pyrénées et de Rhône-Alpes, ont ainsi été cooptés pour prendre part, avec voix délibérative, aux travaux et décisions du Bureau de la CN URPS-ML, jusqu'au renouvellement annuel de ce dernier, en septembre prochain.

Un poste d'observateur permanent, avec voix consultative, a par ailleurs été ouvert à un représentant des URPS-ML ultra-marines, afin d'apporter aux praticiens de métropole un éclairage particulier sur les problématiques d'outre-mer.

La CN URPS-ML a déterminé les thématiques autour desquelles elle organisera sa réflexion en 2012 et  les a confiées à des commissions dédiées. Les travaux de l'ensemble de ces commissions feront l'objet d'une restitution aux syndicats représentatifs ainsi qu'aux partenaires institutionnels à l'occasion d'un séminaire organisé en  fin d'année.

Paris, le 7 janvier 2012

 

  

 

A l’occasion de son Assemblée générale statutaire, le 27 octobre 2012, la Conférence Nationale des URPS de médecins libéraux a procédé, comme le veulent ses statuts, au renouvellement de son Bureau.

Le Bureau, dont l'ensemble des membres ont été reconduits dans leur fonction, est composé comme suit :logo-CN-URPS-web

  • Président : Dr Philippe BOUTIN (CSMF - Poitou-Charentes - Président)
  • Vice-présidente : Dr Christine BERTIN-BELOT (SML - Franche-Comté - Présidente)
  • Trésorier : Dr Rémi UNVOIS (CSMF - Lorraine - Président)
  • Trésorier adjoint : Dr Jean-Philippe GRUNDELER (SML - Ile-de-France - Vice-président)
  • Secrétaire : Dr Jean-François GIORLA (SML - PACA - Président)
  • Secrétaire adjoint : Dr Patrick GASSER (CSMF - Pays de la Loire - Président).
  • Membres cooptés :
    • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN (MGF - Midi-Pyrénées - Président)
    • Dr Christian DEVOLFE (Le Bloc - Rhône-Alpes - Président)
    • Dr Eliane RICHARDSON (CSMF - Martinique - Présidente)

La Conférence Nationale des URPS-ML fédère, à ce jour, 24 URPS de médecins libéraux.

Les travaux des 6 commissions dédiées autour desquelles la Conférence Nationale des URPS-ML a organisé sa réflexion en 2012 feront l'objet d'une restitution aux syndicats représentatifs à l'occasion d'un séminaire qui se déroulera le 19 Janvier 2013, à Paris.

Paris, le 27 octobre 2012

logo-CN-URPS-web

La Conférence Nationale des URPS de médecins libéraux a tenu son assemblée générale le 17 septembre dernier. Cette association, ouverte à toutes les URPS-ML sans exclusive syndicale, a pour missions de faciliter la coordination entre les URPS-ML, de favoriser la mutualisation et la circulation de l'information entre ces Unions, et d’offrir un lieu de dialogue et d’échanges, dans le strict respect de la libre administration de chacune. Elle est également chargée de la défense du statut, de l'indépendance et des intérêts collectifs des URPS-ML.

La Conférence Nationale des URPS-ML fédère, à ce jour, 22 URPS de médecins libéraux : Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Guadeloupe, Guyane, Haute-Normandie, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Martinique, Nord-Pas de calais, PACA, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, La Réunion et Rhône-Alpes.

L'Assemblée Générale de la Conférence Nationale des URPS-ML, réunie le 17 septembre 2011, a élu son Bureau conformément à ses statuts actuels :

  • Président : Dr Philippe BOUTIN (CSMF - Poitou-Charentes - Président)
  • Vice-présidente : Dr Christine BERTIN-BELOT (SML - Franche-Comté - Présidente)
  • Trésorier : Dr Rémi UNVOIS (CSMF - Lorraine - Président)
  • Trésorier adjoint : Dr Jean-Philippe GRUNDELER (SML - IdF - Vice-président)
  • Secrétaire : Dr Jean-François GIORLA (SML - PACA - Président)
  • Secrétaire adjoint : Dr Patrick GASSER (CSMF - Pays de la Loire - Président).

Il a été décidé de prévoir un élargissement de ce Bureau afin de permettre l'intégration de la pluralité syndicale dans le but d’inciter les totalité des Unions à rejoindre la Conférence Nationale des URPS-ML.

 Paris, le 17 septembre 2011

 

logo-CN-URPS-web

La conférence nationale des URPS de médecins libéraux (CN URPS-ML), à la suite d'une réunion de travail nationale sur la permanence des soins en établissement de santé (PDS-ES), exprime sa plus vive inquiétude et son opposition à propos de la nouvelle structuration de la PDS-ES (permanence des soins en ambulatoire) mise en place par les agences régionales de santé (ARS) et la direction générale de l'offre de soins (DGOS).

La CN URPS-ML découvre cette organisation à l'occasion de sa tentative de mise en place sur le terrain et s'aperçoit de l'absence complète d'information des URPS-ML dans la plupart des régions.

Elle fait une nouvelle fois le constat que les ARS n'ont pas toutes respecté la procédure démocratique préconisée dans le guide méthodologique édité par la DGOS sur la mise en place des projets régionaux de santé (PRS) et des schémas régionaux d'organisation des soins (SROS), en ne contactant pas les partenaires institutionnels habituels.

Elle dénonce l'absence de transparence sur l'état des lieux et les lignes de financement existant.

Elle s'oppose aux choix aujourd'hui décidés par certaines ARS en matière de redéploiement de la PDS-ES,  privilégiant systématiquement les hôpitaux publics.

La CN URPS-ML demande le gel de ce dossier afin que soit mise en place une commission ad hoc dans chaque région ayant pour tâches :

  • d'analyser les données actuelles de la PDS-ES (analyse aujourd'hui quasi-inexistante) et les lignes de financement privées et publiques, en ayant soin de n'omettre aucun acteur du fonctionnement des astreintes et des gardes de l'ensemble des établissements de santé.
  • de proposer un modèle organisationnel susceptible de répondre qualitativement à la prise en charge et à l'accessibilité des usagers au secteur de leur choix, conformément au code de santé publique.
  • de proposer des modèles innovants permettant d'améliorer l'efficience de prise en charge des urgences et permettre ainsi la continuité du parcours de soins entre le domicile et  l'établissement de soins.

La CN URPS-ML n'accepte pas la réponse aujourd'hui proposée par les ARS, dictée par la pression des lobbys hospitaliers publics.

La CN URPS-ML reste vigilante sur l'évolution de ce dossier fondamental quant à la structuration de la prise en charge des populations en région.

 Paris, le 15 décembre 2011

 

Horizon 2025 : quelles évolutions du métier ?

Programme du vendredi 4 septembre

08H45 Ouverture

·Cécile COURREGES, directrice générale, ARS Pays de la Loire

09H00 TABLE RONDE 1 - LE MÉTIER DE MÉDECIN ET LÉVOLUTION DES MISSIONS

L’évolution des fonctions, le transfert des tâches et/ou compétences, l’évolution de la patientèle, transferts entre 1er et 2nd recours

Invités :

·Dr Hubert LE HETET, anesthésiste, polyclinique Sévigné, Cesson Sévigné (35) affiche labaule 2014
·Mme Frédérique Le MARER, directrice du réseau ARESPA
·Pr Guy VALLANCIEN, professeur d’urologie à l’université Paris-Descartes
·Dr Martial OLIVIER-KOEHRET, Coordonnateur commission coopération interpro et délégation de tâches de la CN URPS-ML
·Pr Yves MATILLON, Chargé de mission auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche 
·Dr Jean-Bernard ROTTIER, Vice-président du Syndicat National des Ophtalmologistes
Témoins :
Jean-Yves GRAAL, ARS Nord-Pas-de-Calais
Jean MANE, URPS-ML Languedoc Roussillon

10H45 Pause

11H15 TABLE RONDE 2 - LE MÉTIER DE MÉDECIN ET LÉVOLUTION DES TECHNOLOGIES

Impact des nouvelles technologies sur le métier

Invités :

·M. Jacques BIOT, président de l’Ecole Polytechnique
·M. Philippe TCHENG, Vice-président, affaires publiques et gouvernementales France, Sanofi
·Pr Pierre-Laurent PUIG, médecin, Hôpital européen Georges Pompidou
·M. Thierry ZYLBERBERG, directeur Orange Healthcare
·M. Christian BABUSIAUX, Président de l’Institut des données de santé
Témoins :
Monique RICOMES, ARS Basse-Normandie
Jean-Pierre BINON, URPS-ML Auvergne

13H00 Buffet déjeunatoire

14H30 TABLE RONDE 3 - LE MÉTIER DE MÉDECIN : LÉVOLUTION DU MÉTIER AVEC QUELS MOYENS ?

Quel modèle économique pour l’avenir ? Comment financer le métier ? 

Introduction par M. Nicolas REVEL, directeur général de la CNAMTS
Invités :
·M. Stéphane JUNIQUE, Président d’Harmonie Services Mutualistes
·M. Frédéric BIZARD, économiste, enseignant à Sciences Po Paris
Témoins :
Claude EVIN, ARS Ile-de-France
Jean-Gérald BERTET, URPS-ML Pays-de-Loire

16H30 CONFÉRENCE : LA MISE EN PERSPECTIVE DU MÉTIER DE MÉDECIN À LÉCHÉANCE 2025

        M. Luc FERRY, philosophe

Programme du samedi 5 septembre

008H30 Accueil
     ·Dr Philippe BOUTIN, Président CN-URPS-ML
9H00 Ouverture
    ·M. Pierre RICORDEAU, secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales

09H15 TABLE RONDE 4 - LES TERRITOIRES

Evolution des relations entre les professionnels de santé, évolution et pertinence des échelles territoriales : confrontation d’expériences. Mobilisation des professionnels de santé autour d’un territoire

Invités :

·Dr Hervé Le NEEL, Commission exercice coordonnée de la CN-URPS-ML
·Mme Véronique WALLON, Directrice générale ARS Rhône-Alpes
·M. Jean-Paul DURAND, Journaliste, écrivain
Témoins :
Claude d'HARCOUT, directeur général ARS Lorraine
Jean-Louis BENSOUSSAN, URPS-ML Midi-Pyrénéées
 
11H30 : GRAND TÉMOIN, INTERVENTION DE CLÔTURE : M. Alain JUPPE, Ancien Premier Ministre
 
 
Débats animés par :

    M. Benoît PERICARD, KPMG - Associé, Directeur national Secteur Public et Santé
   Dr Philippe LEDUC, journaliste

Comité d'organisation

  • Dr Béatrice ALLARD COUALAN - Directrice de l’URPS-ML Bretagne
  • Dr Philippe BOUTIN - Président de la CN-URPS-ML
  • Dr Jean-Baptiste CAILLARD - Président de l’URPS-ML Pays de la Loire
  • Dr Paul GARASSUS - Président du Conseil Scientifique BAQIMEHP - Président de l’UEHP
  • Dr Patrick GASSER - Président de l’UMESPE
  • Dr Thomas HERAULT - Directeur de l’URPS-ML Pays de la Loire
  • Dr Hervé LE NEEL - Président de l’URPS-ML Bretagne
  • Dr Philippe LEDUC - Journaliste
  • M. Benoît PERICARD - Directeur national secteur public et santé, KPMG
  • Dr Bruno SILBERMAN - Président de l’URPS-ML Ile de France

Partenaires

BMSlogoFABRElogoKPMGlogo

PFIZERlogoSANOFIlogo

 

Qualité en santé renc la baule2014 1

La Baule, les jeudi 30 et vendredi 31  aout

Programme

Video disponible sur Youtube

 

Une référence en économie de la santé !

Les rencontres de La Baule ont été créées par l'URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire en 2004, puis ont été animées par l'ensemble des URPS Médecins Libéraux de France depuis 2012 par le biais de la Conférence Nationale des URPS.

Elles ont contribué activement aux réflexions sur le financement et l'organisation de la santé publique en France de 2004 à 2018.

Elles ont permis de confronter les expériences et les idées des différents acteurs, qu'ils soient médecins de terrain, syndicalistes, experts ou organisateurs de santé publique, alliant toujours la pertinence à (parfois) un zeste d'impertinence.

Ces rencontres ont pris fin en 2018.

 

 

La médecine libérale au sein du nouveau système de Santé renc la baule2014 1

La Baule, les vendredi 31 aout et 1er septembre

Programme

 Vidéos disponibles sur Youtube

 

Territoires de santé et médecine libérale : enjeux , solutions renc la baule2014 1

La Baule, les 2 et 3 septembre

Programme

 Voir les vidéos sur Youtube

 

Economie de la santé - Du cabinet médical à l'Europe de la santé : état des systèmes et des territoires»

Thèmes abordés

  • Le patient dans le parcours de soins européen: présentation de plusieurs systèmes de soins, parcours de santé, en Europe, et différences entre eux
  • Le besoin urgent: quelle réponse? Quelle coordination? Les urgences hospitalières vont-elles absorber ou supprimer la permanence des soins?
  • Le rôle de l'Etat dans la réorganisation des systèmes de santé: quel hôpital dans 20 ans? La structuration des offreurs de soins: organisation, coopérations, statuts
  • Le cheminement de l'innovation dans le système de santé français
  • Le territoire est-il structurant?

programme-la-baule-2014

Vidéos

Les différentes interventions sont visibles ici

Présentations

Partenaires

   sanofi  fabre  kpmg

L'odyssée de la médecine : qui va le plus changer des médecins, des patients, des médicaments, des organisations, des financements ?

Une nouvelle dimension en 2013

Point de rencontre national entre Agences Régionales de Santé (ARS) et Unions de Médecins Libéraux (URPS), les Rencontres de la Baule se sont imposées depuis 2004 comme une référence en économie de la santé.

Cette conférence annuelle voit se confronter les expériences et les idées des différents acteurs, qu’ils soient décideurs, chercheurs ou professionnels de santé. Cercle de réflexion et colloque d’informations, elles contribuent aux débats sur le financement et l’organisation de la santé publique en France.

Nouveau en 2013 !

Les Rencontres de La Baule renforcent leur dimension nationale. En 2013, les 9e Rencontres de La Baule interviennent dans un contexte marqué par la mise en oeuvre du Pacte territoire-santé, la publication du rapport sur la stratégie nationale de santé élaboré par le comité des sages nommé par le Premier ministre et le débat parlementaire sur la loi de finances de la Sécurité Sociale, fin octobre.

Alors que ces débats importants ont lieu, la question de la confiance entre les professionnels de terrain et leurs régulateurs se pose, rendant le dialogue entre les deux structures de plus en plus nécessaire.

En faisant de ces Rencontres un rendez-vous national, les URPS-Médecins Libéraux de France et les Agences Régionales de Santé ouvrent un espace d’échange dans le cadre de la régionalisation des politiques de santé.

Organisationlogo urps pays loire

Les Rencontres de La Baule :

  • sont désormais portées par la Conférence Nationale des URPS-Médecins Libéraux, représentant l’ensemble des Unions Régionales.
  • sont parrainées par le ministère de la Santé, et accueilleront notamment Pierre-Louis Bras, Secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales.
  • accueillent cette année des dirigeants nationaux de premier plan, comme Bernadette Devictor (Conférence Nationale de Santé), Etienne Caniard (Mutualité Française), Jean-Luc Harousseau (HAS) ou encore Laurent Alexandre, auteur de "La mort de la mort".

Programme et synthèse des débats

Vidéos des exposés

Sur Yootube

 

 

Sous-catégories