logo-CN-URPS-web

La Conférence Nationale des URPS de médecins libéraux a tenu son assemblée générale le 17 septembre dernier. Cette association, ouverte à toutes les URPS-ML sans exclusive syndicale, a pour missions de faciliter la coordination entre les URPS-ML, de favoriser la mutualisation et la circulation de l'information entre ces Unions, et d’offrir un lieu de dialogue et d’échanges, dans le strict respect de la libre administration de chacune. Elle est également chargée de la défense du statut, de l'indépendance et des intérêts collectifs des URPS-ML.

La Conférence Nationale des URPS-ML fédère, à ce jour, 22 URPS de médecins libéraux : Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Guadeloupe, Guyane, Haute-Normandie, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Martinique, Nord-Pas de calais, PACA, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, La Réunion et Rhône-Alpes.

L'Assemblée Générale de la Conférence Nationale des URPS-ML, réunie le 17 septembre 2011, a élu son Bureau conformément à ses statuts actuels :

  • Président : Dr Philippe BOUTIN (CSMF - Poitou-Charentes - Président)
  • Vice-présidente : Dr Christine BERTIN-BELOT (SML - Franche-Comté - Présidente)
  • Trésorier : Dr Rémi UNVOIS (CSMF - Lorraine - Président)
  • Trésorier adjoint : Dr Jean-Philippe GRUNDELER (SML - IdF - Vice-président)
  • Secrétaire : Dr Jean-François GIORLA (SML - PACA - Président)
  • Secrétaire adjoint : Dr Patrick GASSER (CSMF - Pays de la Loire - Président).

Il a été décidé de prévoir un élargissement de ce Bureau afin de permettre l'intégration de la pluralité syndicale dans le but d’inciter les totalité des Unions à rejoindre la Conférence Nationale des URPS-ML.

 Paris, le 17 septembre 2011

 

logo-CN-URPS-web

La conférence nationale des URPS de médecins libéraux (CN URPS-ML), à la suite d'une réunion de travail nationale sur la permanence des soins en établissement de santé (PDS-ES), exprime sa plus vive inquiétude et son opposition à propos de la nouvelle structuration de la PDS-ES (permanence des soins en ambulatoire) mise en place par les agences régionales de santé (ARS) et la direction générale de l'offre de soins (DGOS).

La CN URPS-ML découvre cette organisation à l'occasion de sa tentative de mise en place sur le terrain et s'aperçoit de l'absence complète d'information des URPS-ML dans la plupart des régions.

Elle fait une nouvelle fois le constat que les ARS n'ont pas toutes respecté la procédure démocratique préconisée dans le guide méthodologique édité par la DGOS sur la mise en place des projets régionaux de santé (PRS) et des schémas régionaux d'organisation des soins (SROS), en ne contactant pas les partenaires institutionnels habituels.

Elle dénonce l'absence de transparence sur l'état des lieux et les lignes de financement existant.

Elle s'oppose aux choix aujourd'hui décidés par certaines ARS en matière de redéploiement de la PDS-ES,  privilégiant systématiquement les hôpitaux publics.

La CN URPS-ML demande le gel de ce dossier afin que soit mise en place une commission ad hoc dans chaque région ayant pour tâches :

  • d'analyser les données actuelles de la PDS-ES (analyse aujourd'hui quasi-inexistante) et les lignes de financement privées et publiques, en ayant soin de n'omettre aucun acteur du fonctionnement des astreintes et des gardes de l'ensemble des établissements de santé.
  • de proposer un modèle organisationnel susceptible de répondre qualitativement à la prise en charge et à l'accessibilité des usagers au secteur de leur choix, conformément au code de santé publique.
  • de proposer des modèles innovants permettant d'améliorer l'efficience de prise en charge des urgences et permettre ainsi la continuité du parcours de soins entre le domicile et  l'établissement de soins.

La CN URPS-ML n'accepte pas la réponse aujourd'hui proposée par les ARS, dictée par la pression des lobbys hospitaliers publics.

La CN URPS-ML reste vigilante sur l'évolution de ce dossier fondamental quant à la structuration de la prise en charge des populations en région.

 Paris, le 15 décembre 2011